AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un facteur d'orgues, y fait quoi?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Dim 1 Mai - 17:00

Vaste débat qui apparaît en galerie photos, aux Invalides.

Alors on peut, sans égratigner qui que ce soit, et en évitant de citer le nom d'entreprises qui ne souhaitent pas divulguer leur façon de fonctionner, procéder par déduction logique, en faisant le tour du problème.

Il ne s'agit pas de dire : c'est bien, ou: c'est pas bien. Il y a plein de paramètres qui influent sur l'instrument qui n'est que le "résultat final" en sorte, mais de rester objectif sur la réalité du marché de l'orgue.
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Dim 1 Mai - 17:48

Dans un premier temps, les matériaux et matériels de base.
Pour les peaux, cuirs... Pas de problème, les mégisseries existent encore en France et on trouve, en vérifiant sur place la marchandise ou en ayant un vendeur de confiance qui connait bien ses produits tout ce qu'il faut dans ce rayon.

Pour les bois, pas non plus de difficultés majeures, sauf pour les bois à séchage naturel et "sélection drastique", du type bois de lutherie, il y a quelques passionnés qui ont ça dans leur stock. Chaque facteur possède aussi un stock de guerre, souvent pas de quoi faire un orgue en entier mais de permettre de se dépanner rapidos.
On peut trouver des manufactures qui ont un stock impressionnant de bois remisé, mais soit il s'agit d'une grosse boîte, qui consomme plusieurs tonnes de bois par an, soit il s'agit d'un stock qui dort depuis longtemps et (j'ai déjà vu le cas) le bois est déjà piqué et inutilisable à moins de 80% de déchets.

Pour les colles, personne ne fait bouillir ses os ou ses peaux de lapin (après avoir dégusté la bête bien sûr), sauf pour le folklore devant des touristes ébahis. On trouve facilement les colles naturelles en droguerie ( vendues au poids) et les colles blanches ou polyuréthane en fournitures industrielles. (vendues au seau ou au fût)

Pour les bois en panneaux, aucune difficulté non plus, les fournisseurs abondent. On ne peut pas par contre tracer d'où vient la camelote, le dernier fabricant français a mis la clé sous la porte. On a souvent du CTP chinois, fait à base de cagettes recyclées, irrégulier et plein d'agrafes et autres cochonneries dedans. Le bon multiplis est rare et pas toujours disponible quand on en a besoin. (phénomène assez récent, il y a cinq ans, ce n'était pas le cas). Toujours aller voir la qualité du produit en rayon, même si la référence proposée est la même que "le bon de la dernière fois".

Pour la visserie, on trouve encore des vis "traditionnelles d'il y a un demi-siècle" avec tête fendue et métal non traité, mais il s'agit de stocks qui s'écoulent. Les vis actuelles sont plus performantes et de bien meilleure qualité (ne pas acheter du chinois à deux balles les cinq kilos, évidemment!). On a aussi les gigantesques caisse de vieilles vis récupérées lors des démontages (au grenier de l'atelier) qui permettent de réparer sans que ça fasse tache.
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Dim 1 Mai - 18:24

Là ou ça se complique, c'est pour le matériel spécifique à l'orgue:

On peut bien sûr réaliser entièrement ses mécaniques, en débitant les équerres, les abrégés, les vergettes, en tournant ses crapaudines. Il n'y a rien de bien spécifique ici, c'est le travail du bois.

Mais dès que l'on passe aux produits électriques... Le désert.

Ventilateurs: aucun fournisseur de produits "de chez nous" ou plus précisément de produits spécifiques pour l'orgue. On trouve des turbines chez les fabricants industriels mais elles ne conviennent pas à notre usage. Donc, on fonce chez Laukhuff ou chez des fabricants anglais (taylor) ou polonais qui fabriquent des copies des turbines Allemandes pour moins cher... reste à s'assurer de la qualité, pas toujours au rendez-vous. On oublie le marché américain qui fournit des turbines sous 127 volts et 60 Hz, à moins d'y ajouter un convertisseur de fréquence (300 euros). Avec le fret et les douanes... L'affaire n'est pas si bonne.

Pour les actionneurs de console (tirages de jeux) aucun fabricant français, pas plus que pour les électros et solénoïdes de registres. Chercher du côté de l'Allemagne, de l'italie, des pays de l'est, de l'Angleterre, ou des US si on a les moyens.

Pour le matériel informatique et électronique spécifique, deux fournisseurs français (Petrique et Richaud), des italiens (Eltec, Daminato...) des allemands (LKF, Heuss...), et outre-manche SSOS, Artisan, Z-tronic...

Enfin, pour la tuyauterie, la majorité des boîtes ont les capacités de réaliser des jeux ou des opérations courantes sur les tuyaux, moins quand il s'agit de jeux de 16' ou 32', mais bon, on en fait pas tous les jours non plus. A ma connaissance, aucune n'est équipée pour travailler le zinc ou le cuivre "industriellement". Les raboteuses à tambour se comptent sur les doigts d'une seule main. La faute aux marchés publics qui ont pendant des années imposé un travail à l'ancienne, et donc à la main. Avoir un tuyautier à temps plein n'est pas toujours chose rentable, et il existe des fournisseurs de tuyaux qui soutraitent à la demande chez nous. Certains vont butiner du côté des pays de l'est, moins chers, évidemment.

Alors que reste t'il? l'harmonie. Et là aussi, on a quelques surprises. Il existe des manufactures d'orgues qui n'harmonisent pas, et qui font soutraiter par un harmoniste indépendant, ou d'une autre boîte systématiquement.

Alors on peut bien-sûr tout (ou presque) faire sur un orgue, mais si les délais sont courts ou le budget serré, on va avoir un puzzle venant de plusieurs manufactures (sommiers chez untel, soufflets chez l'autre, tuyaux d'ici, matériel de là, sculptures de ---, décors de ---, manutention par ---... Etc. C'est aussi ça l'entraide entre facteurs français, pas forcément une mauvaise chose, si le travail est bien fait et la qualité au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
escolore



Messages : 573
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Dim 1 Mai - 20:40

Naguère il existait des mécanismes électriques de lève-vitres automobiles de fabrication française qui pouvaient convenir pour le tirage de jeux. Ce procédé était utilisé par un facteur d'orgues. On sait que c'est un "sport" courant chez les ingénieurs de rechercher les matériels électriques et électroniques à bon marché qui peuvent être détournés de leur fonction initiale pour servir à un autre but dans l'orgue. Les jouets peuvent facilement servir à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Dim 1 Mai - 22:47

Là on rentre d'office dans le domaine de la bricole. Un certain nombre de facteurs s'y sont risqués, peu en ont réchappé ou en ont tiré leurs lettres de noblesse.

Et ici aussi on voit de tout.
On tire les registres avec des moteurs de pompe à gazoil ( qui ont remplacé la tirette d'arrêt moteur sur les véhicules des années 60), pour le plus grand plaisir de la société SEIM, et le grand désespoir des organistes qui ne tirent pas les jeux discrètement, et qui se retrouvent parfois avec une intense fumée d'un moteur qui a dépassé sa butée.

Et si ces moteurs n'existent plus... On utilise des moteurs de serrures électriques. A Noyon par exemple, il y en a 112, pour les jeux et les boutons. Un changement de registration avec le combinateur fait se retourner toute l'assemblée qui cherche le panneau d'affichage ou la rangée de chaises qui vient de tomber. (Merci Honeywell, ça ne coûte que 3 euros la pièce)

On peut aussi remplacer les tirants de jeux électromécaniques (une cinquantaine d'euros la pièce) par des modèles issus de l'industrie des numériums. On divise le prix par 5 et la durée de vie par 10. Le bonheur pour des entreprises comme Viscount, un peu moins pour vous quand la petite patte en plastique vous restera dans la main pendant la messe, et que le modèle ne sera plus tout à fait le même pour le remplacer.

On a aussi des bricolages pour les moteurs de boîte expressive électrique, avec moteur de lève vitre, câbles et poulies... Sans oublier les complexes tirages de registres avec moteurs synchrones en 110 volts d'un facteur d'orgues de Villeurbanne, sur lesquels tant de techniciens persuadés d'arriver à les faire fonctionner ont fini par mettre un cierge à sainte Rita. (les dits moteurs étant associés souvent à une alimentation 110 volts alternatifs régulée et réglable, merveille d'imagination...)

On peut aussi mentionner la "greffe" d'un ensemble de tuyaux d'orgues (on ne peut pas à proprement parler d'un orgue la plupart du temps) avec un numérium, soit entier (le cas de Chateaufort en Yvelines) soit desossé et "intégré" comme l'OC de la cathédrale de Marseille. On mentionne alors "jeux numériques". Cette pratique a été autocensurée par les facteurs d'orgues canadiens qui ont signé une charte de "non mélange" des tuyaux et des jeux numériques.

En fin de compte, tous ces bricolages terminent un jour ou l'autre à la benne et des systèmes conventionnels qui ont fait leurs preuves les remplacent avantageusement. L'économie réalisée au départ est vite envolée.
Revenir en haut Aller en bas
escolore



Messages : 573
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 9:59

Voilà un bon sujet de réflexion lancé: un facteur d'orgue peut-il tirer des lettres de noblesse de l'excellence de son système électrique?
Vous devinez facilement la réponse qui serait la mienne... Tout le monde s'accorde à vanter les mérites des Merklin "à pile" fin XIXè, à s'extasier sur les contacts à mercure de Mutin (d'ailleurs vidés et vendus par certains facteurs...) qu'en reste-t-il aujourd'hui?
Dans les meilleurs cas la "partie instrumentale".
Revenir en haut Aller en bas
Pat17

avatar

Messages : 936
Date d'inscription : 19/05/2010
Localisation : Dubai (Emirats Arabes Unis)

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 12:06

Merci pour cette analyse, M. Richaud (Dominique, pour faire moins protocolaire ?). Cool

Cette situation que vous décrivez pour la facture d'orgue ne me surprend guère en fait.

Je travaille également dans une société manufacturière, même si très différente de la votre, par son type d'activité (télécoms) comme pour sa taille (environ 60.000 employés et un classement au sommet au niveau mondial). Et pourtant, beaucoup de similitudes, comme le fait que contrairement à ce qui se passait auparavant, nous ne sommes plus en mesure de fournir toutes les solutions disponibles sur le marché, et que nous dépendons de nombreux intervenants extérieurs pour la fabrication de nos équipements.

J'imagine que pour la facture d'orgue, qui travaille sur des séries très limitées (d'autant que normalement chaque instrument est unique), qui souffre d'une atomisation excessive où les facteurs, peut-être trop nombreux, disposent de resources humaines, financières et matérielles trop limitées également pour atteindre le seuil critique nécessaire, sont obligés de faire des choix. Se spécialiser dans certains marchés (neuf / restauration), ou dans la fabrication de certains éléments de l'instrument (comme pour vous avec votre société ERDELEC).

La question est plutôt de conserver le savoir-faire à mon sens... que l'on ait plusieurs intervenants sur un même instrument ne me semble pas être un problème en soi, il faut surtout que le facteur qui a soumissionné et a été déclaré adjudicataire du marché de construction ou de restauration de l'instrument soit capable de parfaitement maîtriser les éléments qu'il intègre. En clair, il doit pouvoir le cas échéant demander à bon escient les modifications nécessaires aux composants achetés à ses sous-traitants pour obtenir ainsi un résultat homogène.

Par ailleurs, dans votre liste vous ne mentionnez pas les sommiers ; partie certainement pas la plus noble de l'instrument, mais vitale à son bon fonctionnement. Est-ce qu'ils sont le plus souvent fabriqués par les facteurs eux-mêmes, ou bien sous-traités ?

Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 14:12

escolore a écrit:
Voilà un bon sujet de réflexion lancé: un facteur d'orgue peut-il tirer des lettres de noblesse de l'excellence de son système électrique?
Vous devinez facilement la réponse qui serait la mienne... Tout le monde s'accorde à vanter les mérites des Merklin "à pile" fin XIXè, à s'extasier sur les contacts à mercure de Mutin (d'ailleurs vidés et vendus par certains facteurs...) qu'en reste-t-il aujourd'hui?
Dans les meilleurs cas la "partie instrumentale".

Non,
A Marseille (Saint Vincent de Paul , Merklin 1888), l'instrument est quasiment d'origine, y compris le système électrique, les contacts, le câblage. Seules les piles ont disparu (des éléments Chapon-Lalande, diffusant des vapeurs acides un peu partout) et nous n'avons pas jugé bon de les restituer "pour faire un faux vieux".

Plus de 120 ans de fonctionnement, on peut déjà lui mettre une bonne note, aussi bonne qu'une mécanique.
Pour ce qui est des contacts à mercure, ils n'ont pas été conservés dans les orgues où il y en avait mais je ne vois pas quelles défaillances ils peuvent présenter. Dans l'industrie, les contacts au mercure existent toujours, malgré la toxicité du matériau, pour les qualités spécifiques de leurs contacts.
Anecdote: les aiguillages du circuit coaxial qui relient les orgues et les 4 consoles de Saint Vincent de Paul ont des relais à contact mercure (les orgues anciennes n'en ayant jamais eu...) Clin d'oeil de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 14:23

Pat17 a écrit:
Se spécialiser dans certains marchés (neuf / restauration), ou dans la fabrication de certains éléments de l'instrument (comme pour vous avec votre société ERDELEC).

La question est plutôt de conserver le savoir-faire à mon sens...

Par ailleurs, dans votre liste vous ne mentionnez pas les sommiers ; partie certainement pas la plus noble de l'instrument, mais vitale à son bon fonctionnement. Est-ce qu'ils sont le plus souvent fabriqués par les facteurs eux-mêmes, ou bien sous-traités ?


Et vous avez raison. Nous (Richaud manufacture d'orgues Sàrl) sommes spécialisé sur les instruments à traction électrique. Question de maintenir un savoir-faire en danger.
Nous fabriquons tous types de sommiers électriques ou électropneumatiques, sauf les sommiers à registres. Hormis les restaurations et constructions neuves intégrales , Il nous arrive de soutraiter pour d'autres collègues des ensembles entiers. Le plus souvent nous assurons l'équipement des instruments en systèmes électriques et électroniques (E.R.D.Elec) qui sont livrés "clés en main" aux collègues. Le service fait partie du marché, systématiquement, avec le câblage, les programmations et la maintenance.

Les sommiers mécaniques sont autant soutraités que le reste des ensembles de l'orgue, souvent pour des questions d'équipements (presses de collage) ou de délais de réalisation.
Revenir en haut Aller en bas
escolore



Messages : 573
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 19:51

Mon intervention ne visait pas un instrument particulier mais plutôt des technologies désuètes, abandonnées ou pire vandalisées. Tant mieux si certaines parties des anciens systèmes subsistent. Pour le Merklin "à piles", je pensais à l'orgue de Draguignan, pour les contacts à mercure vidés (et remplacés je crois par une solution saline!!!) à l'orgue du casino sur pilotis de Nice...
Il y aurait aussi le Barker de salon.
Les systèmes à aiguilles sont systématiquement détruits, les moteurs pneumatiques abandonnés etc.
Et dans les nouveautés technologiques les écrans tactiles tombent en panne!
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 22:03

Et il y en a des technologies désuètes...
L'orgue de Salon de Provence n'a quasiment plus rien du système Barker d'origine, on peut supposer que le fonctionnement n'était pas optimum, alors que l'électropneu de Schmoele et Mols avait le vent en poupe. Il ne reste que les fils de câblage, disposés comme des vergettes, bien sagement côte à côte. Les claviers et électros sont de MMK. Ne connaissant pas ce qu'il y avait avant, je me garderai bien de crier "restituons!", ce serait une imposture.

Les systèmes à aiguille ont contre eux une redoutable fragilité qui enlève toute confiance au fonctionnement de l'instrument. Ils ne tombent pas radicalement en panne mais on peut compter les jours où l'on a toutes les notes et tous les accouplements sur toutes les touches. Le système à barres coulissantes de Merklin était plus fiable, mais difficile à nettoyer correctement. Le calcul informatique, même s'il en effraie certains est une réponse actuelle à la fiabilité de l'instrument. Certaines de nos transmissions et combinateurs ont plus de 27 ans et ne sont jamais tombés en panne, ni nécessité d'entretien. Et un système électronique est amovible, on peut donc en changer très rapidement, sans nuire à l'instrument.

Je reste plus perplexe quand je vois l'électronique grand public envahir les orgues à tuyaux (cartes midi, écrans tactiles comme à Soliès-Toucas, jeux numériques issus de numériums désossés...) La durée de vie ne sera pas au rendez-vous, à comparer avec les 250 000 heures de MTBF de nos équipements, un peu plus chers il est vrai.

Je démontre que les systèmes électropneumatiques ne sont pas abandonnés, loin de là et nous (Richaud Sarl) construisons actuellement un orgue neuf comportant des sommiers Flemming. Pour certains jeux "offset", l'électropneu à membranes est toujours souverain, comme les machines à dépression pour tirer les sommiers à registres.
Revenir en haut Aller en bas
Philou



Messages : 222
Date d'inscription : 21/01/2010
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Lun 2 Mai - 23:34

Richaud a écrit:
Et il y en a des technologies désuètes...
L'orgue de Salon de Provence n'a quasiment plus rien du système Barker d'origine, on peut supposer que le fonctionnement n'était pas optimum, alors que l'électropneu de Schmoele et Mols avait le vent en poupe. Il ne reste que les fils de câblage, disposés comme des vergettes, bien sagement côte à côte. Les claviers et électros sont de MMK. Ne connaissant pas ce qu'il y avait avant, je me garderai bien de crier "restituons!", ce serait une imposture.


A Salon de Provence, le système installé par Barker ( son associé Vershneider se consacrant à l'harmonie...et n'ayant sans doute pas connu cet instrument terminé....) était apparemment fiable - bien qu'encore expérimental - puisque conçu après celui de Saint Augustin.. 43 ans après sa construction, le Dr Bédart signale que l'orgue fonctionne toujours etqu'on a remplacé simplement les piles par des accumulateurs et que les contacts à mecure des claviers "marchent bien". 20 ans après, en 1927, Felix Raugel confirme que l'orgue "fonctionne encore avec une regularité irreprochable". En réalité, c'est l'intervention de la maison Merklin sous la direction de Bruguière qui dans les années 1965/67 a litteralement detruit par ignorance ce temoin unique d'une grande valeur historique et les MH, sous l'influence des Dufourq et consorts n'ont alors pas levé un petit doigt...
Revenir en haut Aller en bas
Rookie



Messages : 179
Date d'inscription : 22/12/2009

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 2:05

Je trouve tout cela un peu exagéré, mais surtout c'est une tendance en facture d'orgue qui existait déjà depuis le 19e siècle, notamment en tuyauterie (même Cavaillé-Coll se fournissait ailleurs pour des raisons de rentabilité mais surtout de rythmes de productions : il y a eu entre autres Zimmerman, Poirier (dans le sud ouest), et surtout Mazure qui fournissait la plupart des facteurs d'orgues à la 2eme moitié du XIX ; la fabrication de claviers ; puis plus tard fin XIX et début XXe. ou bon nombre de nos facteurs (Puget, Maille, MMK, Debierre et autres...) utilisaient énormément d'éléments achetés (en Allemagne et notamment les éléments de consoles).

Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 15:15

Philou a écrit:
les MH, sous l'influence des Dufourq et consorts n'ont alors pas levé un petit doigt...

Ces jours-ci, se déroule la même scène dans l'indifférence la plus totale: Le grand Gonzalez de la cathédrale de Reims voit sa mécanique et ses barkers partir à la casse, à la demande du technicien conseil chargé du dossier.
Bernard Dargassies est chargé de la destruction et pose à la place une belle transmission électronique de Eltec (choix imposé aussi par le technicien conseil...)

Alors on peut toujours pleurer sur Salon de provence, il n'est pas le seul à être victime des économies de budget, avec bénédiction de l'état. pig
Revenir en haut Aller en bas
Philou



Messages : 222
Date d'inscription : 21/01/2010
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 16:58

On s'éloigne du sujet de ce fil mais pour répondre à M. Richaud à propos de Reims, il faut préciser, pour tenter d'apporter un peu d'objectivité, que le choix suggéré par le TC ( M. Brottier) ne relève ni de la méconnaissance, ni du caprice et encore moins du vandalisme. Il faut rappeler que tous les choix possibles ont fait l'objet d'études et de publications (cf La Flute Harmonique N° 90, année 2007, p.177 à 209) et qu'aucune solution n'était vraiment convaincante. Celle choisie est la moins couteuse (si on exclue le stautu quo....) et la seule qui est reellement reversible (d'autant que certains pensent que le système Eltec ne sera pas eternel....) pour le cas où l'Etat reviendrait un jour à meilleure fortune.....
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 19:40

Philou a écrit:
à propos de Reims, celle choisie est la moins couteuse (si on exclue le status quo....) pour le cas où l'Etat reviendrait un jour à meilleure fortune.....

Cet orgue n'étant pas en état d'abandon, le Status Quo aurait été plus prudent que de virer la mécanique et supprimer un clavier. Il n'était pas muet et un simple relevage (ce qui se passe à Rouen par exemple, où il n'est pas question d'électrifier en attendant...) aurait permis d'assurer le temps de la constitution du budget nécessaire pour restaurer proprement. Maintenant on va se diriger vers deux choix: remonter ce qui a été déposé avec restauration et tout et tout, (et suppression de la traction électrique provisoire) ou carrément reconstruire un orgue neuf dans le buffet ancien. Mais dans tous les cas, il va falloir attendre 20 ou 30 ans pour ça, et je parierai sur la dernière solution.
Revenir en haut Aller en bas
dulciane

avatar

Messages : 711
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 20:35

humm c'est peut être un peu HS mais vous savez ce qui est prévu pour Reims? je n'ose pas croire qu'ils vont essayer de revenir à N.de Grigny quand même? si vous en savez plus sur le projet, ce serait sympa d'en donner des détails factuels. merci d'avance Smile
Revenir en haut Aller en bas
Philou



Messages : 222
Date d'inscription : 21/01/2010
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 20:52

Ceux que ce débat interesse devraient se reporter à la publication que je mentionnais plus haut.
sans entrer dans les details, on peut resumer en disant que tout le monde, organistes et expert, soulignent qu'il convient de distinguer l'aspect sonore, vraiment remarquable à plus d'un titre (ex: tuyauterie Abbey) de la mecanique qui elle est très complexe, encombrante, ne respecte pas le buffet dans ses dimensions, étouffe le son (cf le fameux combinateur mecanique inspiré de ce que faisait Skinner) et fait l'objet des recriminations constantes des organistes, même si elle faisait la fierté de son auteur. A part l'option déménagement dans un musée, dans aucune des solutions envisagées, la mecanique Gonzalez n'était conservée.
C'est sans doute cette conclusion qui a conduit à la solution "provisoire " retenue dans laquelle la partie sonore sera conservée avec son esthétique neo-classique (Pierre Mea souligne que dans ce type de litterature (Duruflé, Alain, etc, le 4ème clavier "Echo" ne sert à rien...). Donc pas de retour à Grigny !
Revenir en haut Aller en bas
Yves Carall

avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 11/09/2010

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mar 3 Mai - 21:24

En attendant, l'orgue accueillera des systèmes perfectionnés (sostenutos, accouplements soprano et basse et autres coupures). Pierre Méa a dit que l'Écho est déposé, mais qu'il reviendra sans aucun doute. Les anches courtes en seraient magnifiques... Si c'est comme à l'INJA, je doute que ce soit si beau que ça ! Enfin, peut-être que réharmonisées ces anches, même celles de la salle André Marchal, seraient magnifiques...
En tout cas, je trouve la nouvelle console de Reims bien plus belle que l'ancienne !
Revenir en haut Aller en bas
http://orguesvaldoise.weebly.com/
dulciane

avatar

Messages : 711
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Mer 4 Mai - 0:40

merci pour ces précisions! je viens de voir effectivement que y'avait du nouveau sur le groupe facebook dédié!
Revenir en haut Aller en bas
rzr1911

avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Ven 29 Juil - 23:07

Etant tombé sur ce fil par hasard, j'ai vu que la transmission de l'orgue est terminée voir ici
Voici le groupe facebook dédié

Qu'en pensez-vous ?
Moi je trouve ça dommage d'avoir détruit la transmission mécanique pour faire tout en électrique... Reste à voir l'état qu'elle avait mais ça doit revenir moins cher
Revenir en haut Aller en bas
Toulousaing



Messages : 307
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Sam 30 Juil - 12:58

En effet deux choses gênantes : d'abord la mise au rebut d'une mécanique tout aussi historique que les sommiers et la tuyauterie (et les répercussions probables sur l'harmonie...). Peu d'illusions sur la préservation et la réinstallation "plus tard"...
Mais sur tout le fait que pour obtenir en France des financements publics pour construire un orgue neuf, il doive être impérativement mécanique, qu'on re-mécanise des orgues électrifiés qui ne demandaient rien à personne, et que là, hop, un retournement de veste plus loin, on électrifie un instrument que l'on veut historique.
La cohérence logique n'est pas le fort de ces gens là.

Revenir en haut Aller en bas
escolore



Messages : 573
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Sam 30 Juil - 13:56

Il y a un organiste, un technicien-conseil des impératifs budgétaires et des cérémonies prévues à court terme.
Il y a aussi une foule de (mauvais?) exemples, Notre-Dame de Paris entr'aures.
On sait ce qu'on a et on rêve d'un idéal sans savoir que l'électrification conduit aussi inévitablement à la ruine qu'un remboursement de crédit basé sur une croissance hypothétique...

Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Sam 30 Juil - 15:24

D'ailleurs, en parlant de ND de Paris, il y a un appel d'offre qui est ouvert en ce moment pour remplacer la traction informatique de Sinaptel.
Les conditions sont drastiques, le facteur d'orgue doit réaliser 1 000 000 d'euros de CA HT par an (il ne peut donc en France que concerner Quoirin S.A. ou Kern S.A., les deux seules boîtes de facture d'orgues qui font ce chiffre) et doit travailler avec du matériel électronique qui n'est pas de sa fabrication et que ce matériel doit être estampillé CE, il ne peut donc concerner que ELTEC, qui a fait estampiller CE les systèmes électroniques qu'il vend (pas seulement pour les orgues, mais pour l'industrie). Exit donc les deux français (Petrique et Richaud), exit aussi Heuss et Laukhuff, Peterson, SSOS,...

Sachant que c'est le même TC que Reims, et que pour la cathédrale de Reims, il avait exigé du matériel ELTEC, il n'y a pas trop de suspens sur ce marché pourri public.
J'en viens à me demander s'il ne faudrait pas que j'en vienne aux pratiques dont on ne dit rien mais qui aident bien... Pour travailler un peu sur ces marchés. (attention, je n'affirme rien, mais je me pose des questions depuis quelques temps sur des constats troublants). Rolling Eyes


Dernière édition par Richaud le Sam 30 Juil - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Richaud

avatar

Messages : 1814
Date d'inscription : 12/12/2009
Localisation : Nuits Saint Georges

MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   Sam 30 Juil - 15:31

escolore a écrit:

Il y a aussi une foule de (mauvais?) exemples, Notre-Dame de Paris entr'aures.

Il y a aussi une foule de (bons?) exemples d'instruments à traction électrique qui ont toujours bien fonctionné. On en entends pas parler parce-ce que justement ils fonctionnent bien.
C'est pour l'orgue comme pour tout objet mécanique, si il n'est pas entretenu, il se dégrade. Mais par exemple des Merklin ( à partir de 1885 début des tractions électriques) ou des Gloton-debierre nés électriques ne sont pas encore morts à ce jour, et si vous pensez aussitôt à Saint Nizier à Lyon (1886), détrompez-vous, ce sont les peausseries qui sont cuites (plus de vent) et la tuyauterie qui fane... (et la volonté de ne rien entreprendre, avec de vilains miasmes de réglements de compte perso...)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un facteur d'orgues, y fait quoi?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un facteur d'orgues, y fait quoi?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un facteur d'orgues, y fait quoi?
» Fac Simile de l'Art du Facteur d'Orgue - Dom Bedos
» On fait quoi à Paris quand il pleut ?
» 1-11/16 en mm çà fait quoi?
» Samuel Rousseau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Orgue Libre :: Bienvenue :: Banc d'Orgue-
Sauter vers: